Amigo Rando attaque la falaise sur le GR2

Amigo Rando attaque la falaise sur le GR2

26 mai 2022 0 Par Richard Kirsch

Plantons le décors . Il y a des millénaires la Seine a creusé son lit dans l’empilement sédimentaire du bassin parisien. Aujourd’hui une vallée verdoyante borde son cours le long de ses méandres. L’érosion a gravé des falaises de craie d’où émerge une forêt généreuse. C’est ci, à la limite du Parc Naturel Régional du Vexin français que passe le GR2. Long de 260 km, ce chemin débute à Montereau Fault-Yonne,(Seine-et-Marne) traverse la capitale et se termine à Vernon (Eure) .

Un parcours de 38 km réalisé en 2 jours avec une escale à la Roche-Guyon

Quelques pentes raides pour grimper admirer le panorama sur la Seine et ses îles

Et c’est ici que Christian, l’immense spécialiste d’Amigo Rando, re-re-re proposa ce programme depuis Vernon jusqu’à la gare de Mantes-la-Jolie. Il reste à ce jour le recordman absolu du parcours avec 6 participations ! Cet itinéraire d’environ 38 km peut se faire en un ou deux jours en passant par Giverny. Mais dans un souci de ménager les 7 marcheurs (d’un âge très avancé pour certains) il choisit de le scinder en deux étapes sur un week end. Tous passèrent la nuit d’escale au gîte de groupes de La Roche-Guyon dans l’ancien presbytère, dont Christian connait le code d’entrée par coeur ; un appareil qui restera toutefois un mystère pour Marie-Sophie qui faillit passer cette nuit dehors sans l’intervention de Corinne réveillée par l’appel de la malheureuse. Le randonneur ne maîtrise pas tout ! Néanmoins cette expérience en dortoir restera douloureuse pour Marion qui dut prendre la fuite pour se réfugier dans le dortoir voisin voisine afin d’échapper au ronflement de niveau 9 sur l’échelle Bodiger ! Hélas sans pouvoir totalement échapper à l’onde basse fréquence qui transperçait la cloison ! La soirée s’était pourtant bien déroulé au restaurant habituel  » les Bords de Seine ». Saluons ici la patience infinie du personnel, pourtant habitué à la clientèle « très spéciale » des assos de rando, avec une Marie-Sophie très très indécise et une Sylvie qui ne commanda que des suppléments ! Lendemain matin, après un petit déjeuner léger concocté par Chris & Co, dépassant largement les 6000 kcal/ personne, le groupe attaqua la falaise en pleine digestion par un escalier plutôt raide lors de cette seconde étape vers Mantes-la-jolie.

De G. à Dr. Henriette, Richard, Chris, Sylvie, Marie-Laure, Marie-Sophie et Marion
Le château de la Roche-Guyon des La Rochefoucauld et le donjon médiéval surplombant la vallée de la Seine.

Au fil des kilomètres la pente devint fort heureusement plus douce. Soulignons au passage que le dénivelé même prononcé ne provoqua pas le moindre essoufflement chez Henriette ou Marie-Laure en pleine discussion, des marcheuses du 3e type probablement dotées d’une hyper ventilation naturelle. Le métabolisme du randonneur est un mystère. De bosse en bosse, le chemin nous mena ensuite à Vétheuil en suivant presque sur la ligne de crête. C’est dans un joli pré (le même depuis six ans) que notre Bodi-Guard décida de s’arrêter vers midi pour le pique-nique traditionnel. Une jolie vue sur la base de loisirs de Moisson-Lavacourt me plongea soudain dans la nostalgie. Emu, je contais à mes camarades mes premiers bords en planche à voile sur ce plan d’eau et ce figurez vous, dans l’indifférence générale . Ce cas n’est pas unique. Autre exemple, Sylvie nous a expliqué et ré-expliqué durant deux jours complets son épine calcanéenne et ses problèmes de semelles. Et alors ? Alors rien ! Le randonneur est souvent cruel. Nouvelle descente, demande générale d’une pause-café du club hippique de St Martin-La Garenne en plein concours de jumping . Choc frontal des looks Décath et hippique chic. Le randonneur n’ a pas de complexe . Le GR2 se poursuit en surplombant l’anse de la Seine avant de descendre vers Follainville-Dennemont .

Panorama sur la Roche-Guyon er les magnifiques falaises de craie.
Pot à la terrasse du salon de thé de la place avant le diner au « Bord de Seine »

Arrivé presque à la berge et au petit port de plaisance de Mantes, le chemin suit une succession d’escaliers sur le Sentier du Renard. Mais vous n’étions pas encore rendus à la gare. Il nous fallut d’abord rejoindre et traverser le pont très éloigné qui nous conduisit devant la splendide Collégiale Notre-Dame dont l’architecture reprend de nombreux aspects de celle de Paris. A cet instant précis, Henriette, victime d’une poussée de stress urbain incontrôlable, mit le turbo sans explication. Quelques mots suffirent pour l’assurer que tout se passerait bien pour atteindre le centre ville jusqu’à la gare de Mantes-La-Jolie ! Le randonneur sait faire preuve de bienveillance ! Ce week-en Falaises de la Seine fut en tout point une réussite. Bravissimo une nouvelle fois pour l’organisation sans faille de Chris & Co. Vrai , ce parcours varié et boisé mérite que l’on y revienne au printemps. Les panoramas sont splendides et l’escale à La Roche-Guyon reste un bon moment de convivialité pour ce groupe, il est vrai, exceptionnel ! Donc rendez-vous l’an prochain pour une 7e édition. Et puis quand il aime, le randonneur ne compte pas !

texte : Richard Kirsch Photos : Corinne et Marie-Laure, Richard